skip to Main Content

Comment manger en pleine conscience régule notre santé et notre poids de forme ?

Enfant, nous adaptions notre façon de nous alimenter en fonction des besoins de notre corps. L’éducation, la vie actuelle ont fait que, parfois,  des habitudes alimentaires plus ou moins bénéfiques se sont instaurées.

Peut-être est-ce votre cas ?

Répondez à ces questions :

  • Arrivez-vous à vous sentir heureux et pleinement vivant autrement qu’en mangeant ?
  • Mangez-vous que lorsque vous avez faim ?
  • Cessez-vous de manger lorsque vous vous sentez rassasié et êtes-vous capable de laisser de la nourriture dans votre assiette ?
  • Arrivez-vous à passer au moins plusieurs heures sans avoir faim et sans penser à la nourriture ?
  • Mangez-vous avec plaisir des aliments variés ?
  • Parvenez-vous à conserver votre poids de forme qui peut fluctuer de 1 à 3 kilos ?
  • Avez-vous l’impression d’être toujours obsédé par la nourriture en étant toujours préoccupé par la quantité de calories que vous avez absorbé ?

Si vous vous sentez concerné par l’une ou plusieurs de ces affirmations, rassurez-vous vous n’êtes pas le seul. Beaucoup d’entre nous ont adopté un certain nombre de mauvaises habitudes alimentaires.

Et si la pratique de la pleine conscience pouvait nous aider à retrouver notre sens inné de l’équilibre, de la satisfaction et du plaisir dans notre relation avec la nourriture ?

La pratique de la pleine conscience peut nous libérer de nos compulsions et de nos conditionnements.

En prenant conscience de la toxicité de certains automatismes, il nous est possible de nous réguler.

Dr Jan Chozen Bays a recensé 7 types de faim  à l’origine de notre envie de manger:

  • La faim des yeux : vous voyez un plat bien présenté au restaurant, dans un magazine : vos yeux vont envoyer un message au cerveau déclenchant une envie de manger sans que la notion de satiété de l’estomac ou du corps soit prise en compte
  • La faim du nez : vous passez devant une boulangerie, les odeurs de croissants ou de viennoiserie déclenchent en vous une envie de manger. Des études ont montré l’influence des odeurs sur la quantité de nourriture que nous mangeons.
  • La faim de la bouche : la sensation agréable de certains aliments dans la bouche : pour cultiver la satisfaction de manger, notre esprit doit être présent à ce qui se passe dans notre bouche. Combien de fois ne nous est-il arrivé de manger un plat succulent et d’être tellement absorbé par une discussion que nous n’étions pas là lorsque nous l’avions en bouche ? Et du coup de ne pas l’avoir vraiment apprécié ?
  • La faim de l’estomac : notre estomac réclame de la nourriture tous les jours aux mêmes heures et nous l’avons conditionné comme cela : ressentez-vous réellement la faim au niveau de l’estomac ? Pouvez-vous discerner ce qui est de vos conditionnements et de vos habitudes alimentaires de la véritable faim et des besoins du corps ? Cela nécessite parfois un entrainement. Se mettre à apprendre à vivre en harmonie avec son propre corps en se mettant à l’écoute de sa sagesse, tel est le défi
  • La faim des cellules : c’est la faim naturelle et instinctive que ressentent tous les nourrissons encore à l’écoute de leur corps et délesté de tout conditionnement crée par l’éducation, les habitudes familiales, la publicité. Juste être à l’écoute de son corps
  • La faim de l’esprit : vous êtes-vous dit parfois : «  je devrais manger plus de protéines », je mérite un bon cornet de glace » « je dois manger moins d’œufs, ils sont mauvais pour la santé » etc… Vous pratiquez donc la faim de l’esprit. Bien des régimes alimentaires se sont révélés inefficaces voire toxiques. Combien de fois un aliment dont on vantait les bienfaits une année s’est retrouvé complètement dénigré l’année suivante ; l’approche de la pleine conscience nous invite à éviter tous les extrêmes dans lesquels nous risquons de nous enfermer
  • La faim du cœur : vous arrive-t-il d’être conscient de manger pour combler un vide non pas dans votre estomac, mais dans votre cœur ? Avez-vous déjà associé un aliment à un moment d’enfance, aliment que vous mettez en lien avec de l’amour, du réconfort, avec le souvenir de vos proches afin de vous apaiser, de vous consoler ? Ici nous sommes donc dans la faim du cœur

Si le cœur vous en dit et si vous souhaitez davantage vous réguler au niveau de votre alimentation, je vous propose de commencer par vous amuser à repérer ces 7 faims.

Les programmes de pleine conscience proposent des outils innovants pour transformer notre façon de manger et pour perdre du poids sans nous priver;

Attention, toutefois :  pour qu’ils soient pleinement efficaces, ils nécessitent une vraie motivation, une régularité dans les pratiques. De plus, ils doivent être personnalisés et s’adapter aux particularités de chacun;

Mais si vous vous y tenez, cela en vaut vraiment la peine et les résultats sont là : perte de poids, réactions automatiques et compulsions maîtrisées, équilibre corporel retrouvé, libération des pensées obsessionnelles au sujet de la nourriture. Et l’entourage vous renvoie du feed-back positif à ce sujet.

Et concernant la personnalisation de cette démarche, je propose à ceux et celles qui le souhaitent, de détailler concrètement les étapes par lesquelles passer et les pratiques précises à mettre en oeuvre pour avancer.

Pour cela, bénéficiez d’une feuille de route personnalisée que je vous délivre à l’issue d’une séance de 30 minutes gratuites.

Pour en savoir plus et/ou y accéder, cliquez ici

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+ 33 = 36

Back To Top